Mon Durbuy Blog

Blog citoyen d'un durbuysien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


Mot-clé - Mont des Pins

Fil des billets - Fil des commentaires

6 mai 2012

Le Mont des Pins

Le Mont des pins, c'est une zone géographique, c'est aussi un domaine de vacances, sous statut d'asbl à vocation sociale.

L'histoire du centre de vacances commence en 1969, quand les Mutualités Neutres décident de construire le home Mont des Pins pour colonies de vacances à l'usage de ses affiliés, comme c'est le cas pour toutes les Mutualités à l'époque.

montdespinsancien.png

Le temps passe et les temps changent. Le home voit ses activités diminuer. Il devient alors Centre d'accueil pour les réfugiés bosniaques. Il le restera quelques temps, suffisamment que pour connoter l'endroit.

Les 3 centres de vacances des Mutualités relèvent dune asbl "Fraternité Oeuvres sociales des Mutualités Neutres" , dont le but est d'offrir un hébergement touristique social.

De nombreux travaux de rénovation vont être entrepris essentiellement depuis 2004. L'asbl bénéficiera de subsides de la Région wallonne pour les financer à hauteur de 60%.

  • En 2004/2005 : 519.508 euros de subsides pour la création de la partie hôtelière.
  • En 2007 : 306.480 euros pour la création d'un restaurant
  • En 2008 : 317.000  euros
  • En 2012 : 1.333.000 euros

montdespinspano01.png

montdespinsrestau01.png

Depuis 2008, se manifeste la volonté d'ouvrir le centre à tout le monde (et plus uniquement aux affiliés de la mutualité même si ceux-ci gardent un tarif préférentiel). mont-des-pins-logo.jpg

Un logo est créé.

.

.

Actuellement, le Centre offre 30 chambres de 4 lits, 16 dortoirs de 8/10 lits soit 264 lits. Le centre tourne donc dans les 20.000 nuitées/an avec 14 membres du personnel. Un gros opérateur touristique social donc !

montdespinschambre.png

montdespinshotel01.png

 Mais le Centre s'ouvre également aux séminaires résidentiels avec 4 salles de séminaires. Cette partie va faire l'objet d'une rénovation importante en septembre 2012.

montdespinsseminaires.png

Un centre "spa-wellness" est également accessible

montdespinswellness.png

montdespinsrelax.png

mont despinscaisson.png

Le Centre propose également pour les banquets une grande salle en 2 parties de 240 m2 et 72 m2 d'une capacité de 230 personnes « style banquet » sur tables rondes et de 250 personnes « style réception ».

Le Centre est fréquenté à parts égales entre clientèle familiale et accueil "jeunes", soit dans le cadre de classes vertes, soit dans le cadre de lieu de vacances pour mouvements de jeunesse.

Le Centre propose à sa clientèle des cartes d'excursions, des vélos pour découvrir la région. Et des modules de jeux pour les enfants.

montdespinsplaine.png

Le LIFE Hélianthème met à disposition une balade vélo ICI qui passe par le Mont des Pins.

Le centre a voulu s'inscrire dans le projet européen  EMAS; une réunion regroupant 6 acteurs touristiques a bien été organisée, mais devant l'absence d'intérêt des autres participants et malgré le soutien de l'échevin du Tourisme Francis Dumoulin, et de Xavier Lechien de l'ADL, le projet a été abandonné.

Une destination touristique d'excellence, n'est-ce pas aussi des infrastructures touristiques qui s'inscrivent dans une approche d'une meilleure qualité environnementale ?? C'est curieux cette apathie de certains acteurs touristiques, cette incapacité managériale à discerner l'évolution consumériste vers un tourisme d'excellence et des infrastructures de haute qualité !

C'est également, semble-t-il,  le constat de l'ADL au fil de ses rapports annuels.

Le Centre a donc entrepris une démarche volontaire de certification de la qualité de la chaine alimentaire par la mise en place d'un référentiel d'auto-contrôle et d'un audit d'un organisme agréé, afin d'obtenir le Smiley qui concrétise cette qualité.

Parallèlement à cette démarche qualité, le centre est régulièrement contrôlé par l'asbl Fraternité, propriétaire des lieux, pour vérifier la qualité du service hôtelier. Des contrôleurs jouant le rôle d'un touriste lambda.

Commentaires.

On ne peut être que sidéré quand on voit ce que le domaine du Mont des Pins est devenu, et le chemin parcouru (traduire les investissements effectués) pour arriver à une offre d'hébergement touristique social de qualité.

On peut aussi être surpris (encore que  !) de constater que malgré les 20.000 nuitées annuelles et la volonté des managers du Centre d'être des acteurs touristiques dynamiques, ceux-ci ne fassent pas partie du groupe de travail Tourisme mis en place par l'ADL dans lequel on retrouve :

  • Frédéric Caerdinael, directeur du « Sanglier des Ardennes »
  • Jo Lobel, directeur du Village de vacances « Sunclass » (ancien directeur de Villers Ste Gertrude)
  • Joseph Charlier, directeur de la société « Durbuy Adventure »
  • Didier Demoulin, directeur de l’ASBL « Atelier Environnement »

Mais que vient faire l'Atelier Environnement dans le Tourisme ?

Vous y voyez des acteurs touristiques publics, vous ? Mont des Pins ou même Domaine de Hottemme avec ses 25.000 visites annuelles ? Ben non.

Est-ce vraiment la meilleure façon de promouvoir un projet touristique global de qualité sur la commune ??? Pour mon esprit caustique, c'est une question purement rhétorique, parce que, quel est l'intérêt pour des opérateurs privés de s'asseoir à une table de travail avec des opérateurs touristiques publics ? 

Le Centre me semble être une belle offre d'un tourisme social de qualité, et un endroit intéressant pour prendre un verre, repas, soin (biffer la mention inutile), dans un environnement calme et convivial.

14 mars 2012

Mont des Pins - Hottemme

Ce 1 mars 2012, le ministre[ Paul FURLAN|a accordé une subvention d’équipement touristique pour la rénovation du centre de tourisme social du « Mont-des-Pins » destinée à la transformation des dortoirs (phases 1 et 2).

Cette subvention s'élève à 1.133.250 euros pour les phases 1 et 2 pour un programme de rénovation s'élevant à 1.888.500 euros. Le projet est de porter ainsi les nuitées de 20.000 à 40.000/an.

Le Mont des Pins, Dennenheuvel en flamand, fait partie du réseau des Mutualités Neutres.

montdespins.jpeg

C'est un des derniers témoins du tourisme social mis en place par les Mutualités, à une époque où les petits wallons se retrouvaient en colonie à la côte belge et où les petits flamands et leur familles se retrouvaient en Ardenne (pas dans les Ardennes, hein, parce que cela c'est en France).

La Jastrée à  Barvaux, transformée en Centre d'accueil pour demandeurs d'asile, appartient ainsi aux Mutualités socialistes flamandes.

Le Mont des Pins, opérateur touristique social, avait déjà reçu du ministre LUTGEN plusieurs subventions pour rénover le Centre :

  • en 2004 et 2005, les deux premières phases des travaux avaient déjà fait l’objet de subventions pour un montant de 519.508 euros.
  • en 2007 : 306.480 euros pour un coût global des travaux estimé à 510.802 euros pour les travaux d’extension de la salle à manger (travaux de démolition et de soutènement, isolation, structures en bois,…). Source
  • en 2008 : 317.100 euros pour un coût global des travaux estimé à 528.513,32 euros afin de soutenir la quatrième phase des travaux (travaux de finition, pose de châssis, achat de chambres froides, lave-vaisselle, …). Source

En face du Centre du Mont des Pins, il y a.... le Mont des Pins, classé zone Natura2000 et projet Life Hélianthème.

Et sur la colline sud, se trouve à un jet de pierre (faut un bon lanceur quand même) le Domaine de Hottemme et son Centre d'Accueil et d'Exposition, le seul espace vert public de Wallonie depuis 1981 par un A.R. qui l'institue inaliénable et improductif par vocation afin de lui garantir une dimension sociale.

C'est aussi un opérateur touristique social mais à but éducatif et conservatoire du Commissariat Général au Tourisme  Ses 150 hectares sont, eux aussi, classés en zone Natura 2000 et projet Life Hélianthème.

hotdomaine.png

Hottemme accueille 30.000 visiteurs/an, gratuitement dans son parc, gratuitement pour les enfants jusqu'à 12 ans (et les écoles) pour respecter sa mission sociale à vocation pédagogique d'initiation à la nature (par son biorama exceptionnel), à la vie rurale d'autrefois (par son exposition) et à la biodiversité.

Le réseau voies lentes cyclables de Pays-de-Famenne passe devant le Mont des Pins, continue vers Hottemme (balise point-noeud 63) et se poursuit vers le circuit des Mégalithes.

S'il fallait résumer, on loge au Centre du Mont des Pins, et on visite Hottemme, puis,  plus loin, le site des mégalithes de Wéris.

On a ainsi une offre touristique complète : logement, site "biodiversité et vie rurale" remarquable, et site archéologique remarquable. What else ?

Ben une bière régionale à Hottemme, à la terrasse plein sud devant le panorama attachant, dans le calme, par temps ensoleillé et petite brise. On peut toujours rêver !

13 mars 2011

Life Hélianthème au mont des Pins

Life hélianthème au mont des Pins, je vous en ai déjà parlé ICI.

Ce mercredi 9 mars, 2 responsables du projet faisaient le point sur l'avancement des travaux de réhabilitation du site.

Une assemblée forte d'une centaine de personnes - 80 % des participants relevaient au minimum du club des 3*20, des acteurs de ce projet étaient également présents - a écouté les explications particulièrement précises d'Hélène Ghyselincks, pilote manifestement qualifiée de l'avion "Hélianthème Mont des Pins".

C'est que ce genre de projet, pour être mené à bien, nécessite des qualités certaines de diplomate pour intégrer demandes et intérêts des acteurs et gérer le processus en préservant sa finalité : représentants politiques, d'associations, des riverains, des chasseurs, des promeneurs, des cyclistes - ceux qui font de la moto en douce ne se manifestant pas ouvertement sauf en laissant des traces de pneus près de la réserve - des touristes, du berger qui va faire pâturer ses moutons, etc

Donc les arbres ont été abattus et vendus, les branches entassées pour être intégrées dans la filière énergie, on attend le passage du gyrobroyeur. Restera la pose de clôtures et de passages adaptés au type de circulation, sans oublier celle du gibier !

Le 1 mars, on en était là : montpins01.jpeg

Et pour les chemins qui doivent encore visiblement être remis en état, on en était là :

Avant :

montpins03.png

Après :

montpins02.png

Les conférenciers ont projeté un petit film pour montrer une réalisation du même type du côté de Dinant, ainsi  que les perspectives de réhabilitation du même type, mais de nettement moins grande importance, sur des rochers du patrimoine durbuysien : rocher du calvaire à Bomal, Sur Hohière, rochers de Juzaine, à Warre, Hottemme, etc etc. J'y reviendrai.

Ce projet est entre les mains du Collège, mais selon le bourgmestre présent à la soirée, il ne devrait pas y avoir , sauf imprévu, d'obstacle à ce que ces lieux soient dégagés et mis en valeur.

C'est vraiment réjouissant de voir le pouvoir politique soucieux de la remise en valeur du patrimoine paysager local dont profitent en permanence les durbuysiens.

Et puis il y a eu les questions, souvent très précises ou carrément en dehors du sujet.

Certains ont regretté la "touffe" de pins qui couronne encore le mont et qui est assez disgracieuse, suffit de voir la photo ci-dessus. Hélène Ghyselincks a expliqué le pourquoi et convient qu'effectivement ces arbres pourraient disparaitre.

D'autres ont fait remarquer que si un effort pouvait être fait pour la nature, un autre pourrait l'être pour les gens en nettoyant également quelques épicéas du côté de la Rote, ce qui permettrait de donner du soleil aux riverains. H.G. promet de voir ce qui est possible avec la commune.

Une inquiétude quant au devenir du site des rochers de Juzaine qui doivent être toilettés avec également un nettoyage de la pinède, car il y a là une propriété privée d'une anversoise en terrain à bâtir.

Le devenir du sentier GR - qui menait au sommet du mont - disparu dans les travaux. Hélène Ghyselincks doit voir les responsables GR pour un nouveau balisage.

Que devient la circulation du gibier, vu les clôtures qui vont être posées ? H.G. signale qu'il y aura des clôtures mobiles qui seront ouvertes de octobre à avril.

Que devient la circulation des piétons et cyclistes ? Il y aura 2 systèmes de passages : par chicane ou par caillebotis pour tenir compte des différents types de circulation dans la réserve.

Et pour prévenir les promeneurs et nos amis flamands et hollandais qu'ils mettent les pieds, leur chien non en laisse - bonjour les moutons ! - et leurs cannettes dans une réserve naturelle ? Des panneaux seront placés pour avertir les promeneurs.

Et les moutons ? Une soixantaine de roux ardennais appartenant à M Deleuze et Jalhay devraient pâturer sur le site.

rouxarde.jpg

Source

Bref, de nombreuses questions montrant un réel intérêt pour ce projet. On était aux antipodes d'un débat sur l'installation d'éoliennes.

Un résultat dû à la compétence et au savoir-faire des promoteurs du projet, qui ont une lecture très pragmatique de l'écologie participative et intégrée.

A ce propos, il faudra des bénévoles pour assurer un nettoyage régulier du site. Appel aux amateurs a été lancé.

Pour ceux qui seraient intéressés, sans doute en automne, plusieurs possibilités pour connaitre agenda :

  • Voir sur le site de Life-Hélianthème --> onglet "Participez vous-aussi" --> agenda ou contacter les "pelouses brothers" directement --> Agir --> planning agents de terrain
  • S'inscrire à la newsletter ICI et remplacer dans l'adresse (at) par @ ou consulter directement ICI
  • Consulter l'agenda de Natagora
Enfin, pour ceux qui aimeraient découvrir le nouveau visage du Mont des pins, il suffit au départ du complexe touristique de prendre à droite, faire 20 m et tourner à gauche. Longer la réserve Natagora, puis suivre le marquage GR pour monter sur la crête.

Le premier changement majeur se produit au niveau de la ligne haute tension, continuer jusqu'au panneau de Life-Hélianthème, faire un arrêt pour profiter du splendide panorama sur Barvaux (jumelles bienvenues), puis prendre à droite du panneau et redescendre vers le chemin existant. Le sentier GR longe la partie boisée et de nombreux marquages subsistent.

montpins06.png
montpins05.png

5 octobre 2010

Life Hélianthème sur le Mont des Pins

Dans le Bulletin communal N° 15, la section MR locale s'interroge sur les conséquences de la politique actuelle de la Commune à propos de la gestion durable. Pour le MR local, le mot durable est vidé de son sens dès lors que la Commune équilibre son budget par la vente des bois dont elle est propriétaire mais que l'approche communale du développement durable met en péril cette ressource financière. Et notamment pour le Mont des Pins qui est retenu comme projet Life hélianthème pour les années 2009 à 2014.

Faisons donc le point ensemble.

Le Mont des Pins, c'est une réserve naturelle de 18.6 hectares (site Natura 2000), agréée par Arrêté de la Région wallonne paru au MB du 13/07/1995, cédée par bail emphythéotique de 29 ans (fin en 2019) à l'ASBL Réserves naturelles (RNOB), devenue depuis 2004 l'ASBL Natagora.

C'est un promontoire essentiellement formé de calcaire dolomitique, enclavé entre les vallées de l'Aisne et de l'Ourthe au sud de Bomal/s/Ourthe.

montdespins.jpg

Source

Dans le cadre de son PCDN , la Commune a décidé de participer au projet européen - Région wallonne Life Hélianthème. En gros, il s'agit de restaurer des sites de pelouses sèches ou de rochers en l’espace de 5 ans. Or le Mont des PIns, à l'origine le Mont pelé, a été jadis complètement déboisé, cultivé, puis plus tard livré au pâturage par les moutons. Les vastes pelouses calcaires furent par la suite plantées de pins noirs d'Autriche (dès la fin du 19ème siècle), envahies par les semis de ces résineux, ou encore, dès l'abandon du pâturage ovin, livrées à la recolonisation naturelle. Source

Le projet est donc de revenir au stade pâturage pour moutons (Mergelland, Roux ardennais, Ardennais tacheté) en reconnectant les lambeaux de pelouses déjà présents sur le site. Les subsides wallons servent à payer les chargés de mission qui doivent réaliser cet objectif en partenariat avec le Département Nature et Forêt, le pouvoir communal, les asbl présentes sur le terrain (Natagora), les agriculteurs présents sur le site.

On notera qu'un site Natura 2000 peut continuer à être exploité. Mais qu'il existe des conditions d'exploitation à respecter par l'agriculteur qui perçoit des aides européennes (Primes PAC) .  C'est là que l'asbl Naturawal intervient. Ces conditions d'exploitation portent surtout sur le drainage, l'emploi d'herbicides, le labourage, l'épandage sur des prairies jouxtant une zone Natura 2000, etc

Doit-on être inquiet, comme le MR, sur le maintien "d'une commune prospère avec des ressources suffisantes" ?

Voyons cela.

La commune s'étend sur 15751 hectares, dont 5078 (soit 32.3%) représentent des forêts. Les zones Natura 2000 représentent 25%  du territoire communal (zones agricoles et forestières), propriétés privées et communales confondues. 60% des propriétés communales sont Natura 2000. La Commune est donc propriétaire de +/- 3000 hectares de bois dont +/- 1800 sont Natura 2000.

Les ressources financières issues de la gestion des forêts communales représenteraient, sauf erreur, entre 1 et 2 % du budget communal global !!

Difficile dès lors de penser que le projet Life Hélianthème du Mont des Pins, qui nécessite l'abattage d'une partie des pins communaux, puissent mettre en péril la santé du budget communal. Y compris dans l'hypothèse où d'autres lieux seraient concernés.

D'autant que le projet Life prévoit des indemnités européennes pour l'abattage prématuré des pins qui doivent disparaitre pour le projet. La commune a donc vendu les pins, recevra des indemnités de l'Europe qui subsidiera (en subventions bloquées) les dépenses engagées par la Commune pour reboiser, dans une propriété communale, avec des feuillus,  une surface équivalente à celle qui a été abattue.

Enfin, la gestion du site "Natura 2000 - Life" du Mont des Pins est assurée par l'ASBL Natagora.  Qui dit ASBL, dit bénévoles.

La Commune a donc, semble-t-il, agit intelligemment et en bon père de famille en profitant des subsides européens du projet Life. Certes elle a vendu des pins en abattage prématuré, mais avec des indemnités de compensation, et prise en charge  du reboisement en feuillus par des subsides européens.

On pourrait donc avoir ce genre de photo.

life1.png

Source