Mon Durbuy Blog

Blog citoyen d'un durbuysien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche


10 mai 2012

Courses de lévriers à Hottemme

hottemmecourselevriers.PNG

Ces 19 et 20 mai, le Club National Belge de Courses de Lévriers de la Province de Liège organise une compétition près du Centre d'Accueil et d'Expositions de Hottemme.

L'accès au spectacle est gratuit.

Samedi / Zaterdag 19/05 : Afghans, Petits Lévriers Italiens, Pharaoh Hounds & Whippets.

Dimanche / Zondag 20/05 : Barzoïs, Salukis & Autres Races/Andere Rassen...

Début des épreuves : 9 h 30

Il s'agit ici de poursuite à vue sur leurre dans laquelle deux chiens s'affrontent. Ce duel est apprécié par les juges sur la vitesse et la capacité du chien à s'adapter aux changements de direction du leurre, qui suit un trajet sinueux sur plusieurs centaines de mètres. 

Rapidité et tactique sont donc importants, un duel se fait en 2 manches.

Toutes les informations se trouvent sur ce lien  C201205Cnbcl.pdf

3 mai 2012

Salon produits équitables

Allez, un peu de pub pour une juste cause :

salonproduitsequitables.png

1 mai 2012

Le camping Longchamps

Souvenez-vous, il y a un an, je vous parlais du Plan HP ICI. Je signalais que le camping Longchamps est repris en zone agricole sur le plan de  secteur de la commune. Et je précisais que l'avenir pour les campings en zone agricole était tout tracé, leur disparition à terme.

Ce camping est situé le long de la route Tohogne - Hamoir. Il accueille une vingtaine de résidents permanents et une vingtaine de secondes résidences.

longchamps1.png

Il n'y a ni eau, ni électricité, et aucun aménagement ne peut être envisagé puisque c'est une zone agricole. Mais les résidents l'acceptent, un choix écologique qui passent par l'utilisation de solutions alternatives.

L'idée communale était de tolérer cette situation, encadrée par les assistantes sociales du Plan de Cohésion sociale, dans le cadre d'un certain statu quo, tant qu'un événement majeur ne venait pas bouleverser la situation. Pas question donc d'y construire, ce qu'acceptaient les résidents.

Un panneau "Plan HP" a été érigé devant le camping. Il ne pouvait donc plus être question, depuis 2005, d'y installer de nouvelles caravanes ou édifices. 

Las, un obtus a, semble-t-il, fait décharger des matériaux de construction, incitant la police à dresser procès-verbal. Lequel est arrivé sous les yeux du fonctionnaire délégué à l'Urbanisme, qui est venu sur place, pour lui aussi dresser PV non pas pour la parcelle en cause mais pour tout le camping, dans l'illégalité, faut-il le rappeler.

Une apostille a été délivrée, par le ministère public, enjoignant aux résidents de quitter les lieux endéans les 4 mois.

Et nous voilà avec l'événement majeur redouté.

On se retrouve désormais dans une double logique.

La première, qui prime, qu'on le veuille ou non, car elle renvoie à la notion d'Etat de droit, à laquelle s'oppose la seconde, une logique anarcho-écolo-émotionnelle qui voudrait que la loi s'efface dans des situations particulières.

Le problème a fait l'objet d'un article dans L'Avenir en mars 2012, un toutes boites a été envoyé et une pétition figure sur le site petition.be .depuis le 4 avril 2012. Au moment d'écrire ces lignes, elle compte 723 signataires.

Commentaires

* Certains résidents se sont installés après 2005, sachant pertinemment que le camping était illégal, car situé en zone agricole. Et s'ils ne le savaient pas, il leur appartient de se retourner contre le vendeur. Autrement, il doivent évidemment assumer le risque qu'ils ont pris.

Et pas qu'eux d'ailleurs puisque la jurisprudence de la Cour de Cassation considère que l'ancien propriétaire qui a vendu un bien dans cette situation peut être condamné à nettoyer la parcelle sur laquelle il n'a plus aucun droit. Lire ICI

* Certains se sont imaginés, malgré la situation précaire du lieu, être au-dessus des lois et ont bravé, très imprudemment, l'autorité publique, embarquant dans leur connerie choix, et les mêmes ennuis, ceux qui avaient l'intelligence d'une indispensable discrétion.

* L'autorité communale, qui détournait le regard pour préserver les faibles acquis de cette "communauté" qui se satisfait de peu et vit une démarche non-consumériste, se voit maintenant contrainte de respecter la loi. D'autant qu'un éventuel jugement pourrait tenir compte de la passivité des autorités administratives. 

* L'apostille délivrée étant exécutoire, la seule solution pour les résidents d'essayer de s'y soustraire, consiste à se laisser attraire en justice pour expliquer leur situation devant un juge...chargé d'appliquer les lois avec une marge de manoeuvre plus ou moins large.

* Et là, force est de constater que le fonctionnaire délégué de l'Urbanisme possède un pouvoir très important et qu'il ne se base, par fonction, que sur la loi pour faire appliquer celle-ci. Dura lex, sed lex.

* Les commentaires des signataires de la pétition montrent à quel point seul l'émotionnel parle, oubliant que les droits vont de pair avec les devoirs. J'ai parcouru les 26 pages de cette pétition, et navigué entre commentaires populistes, poujadistes, anarchistes, empathiques, émotionnels. Aucun ne faisait référence à la situation réelle du camping et à l'idiotie qui a provoqué la réaction judiciaire (et non politique) d'expulsion. Quand on veut faire évoluer des règles sociétales, il faut d'abord les connaitre à fond. Prendre de front un système en place nécessite de comprendre les principes de la systémique.

* On notera que d'autres campings litigieux (mais pas situés en zone agricole, eux) sont en cours d'aménagement. Les Closeries, Aux Mignées ou Hazalles semblent être de ceux-là, non ?

* Le groupe Ecolo de Durbuy s'est soucié de la situation difficile des résidents, dans une démarche altruiste envers les résidents écologistes du camping, mais en contradiction avec un aménagement du territoire qui prévoit que des terrains agricoles ne peuvent être construits.

Imagine-t-on un entrepreneur touristique vouloir détourner des terrains agricoles, inscrits au Plan de secteur, pour y  installer des équipements ? Si on accepte dans un cas, faut-il le faire dans un autre ? Et si non, pourquoi alors deux poids deux mesures ?

* A propos de deux poids deux mesures, c'est le moment de se souvenir que le camping des Achans à Aisne a lui été "nettoyé". Une idée de ce qui attend celui de Longchamps ? lire ICI

* Nonobstant la réflexion intellectuelle qui précède, la situation de ces résidents, est évidemment catastrophique, et l'avenir qu'ils se souhaitaient semble fortement compromis, dramatique pour beaucoup.

Et les jours à venir risquent fort de raconter un nouvel épisode du pot de terre contre le pot de fer.

 

28 avril 2012

Tranche de cake

Je reviens de Huy, ce matin. Après la montée du long tiers, une ligne droite à la vitesse modérée. Et au bout de cette ligne droite, je vois un petit homme au milieu de la route.

Je commence à ralentir et j'aperçois au bout de son bras, au bout d'un manche, un panneau circulaire, annonciateur d'une promenade vélocipédique.

Je me dis in petto et ex abrupto : "et merd ah un petit homme avec un panneau !"

Au moment où j'arrive à sa hauteur et à celle d'un embranchement, le petit homme abaisse sa plaque et fait un pas, je me dis "chouette" et je commence à accélérer. Mauvaise pioche, le taon suspend son vol et brandit derechef son panneau, pénétré de sa mâle importance.

Le batracien devient vert, se rengorge, enfle à vue d'oeil et ventripote, outragé dans son éphémère autorité. Venait-il un cycliste pour justifier cette vindicte ?

Non, mais il va falloir payer l'outrage !

Le ventripotent va bloquer pendant 1 minute (montre en main) une file de 8 voitures, sans autre motif que celui de montrer qui est le chef, et c'est seulement quand le crapaud s'estime aussi gros qu'un boeuf, qu'il fait passer un cycliste très attendu pour justifier son geste, et libère la file de voitures... qui va dépasser le pédaleur sur la grand route.

Moralité : confiez une parcelle d'autorité à un imbécile, et vous pouvez être certain qu'il en abusera.

22 avril 2012

Ad nauseam

Il y a quelques billets, amical lecteur, je te parlais d'amour. Aujourd'hui, je vais te parler de merde !

Mets tes bottes d'égoutier, on descend dans le cloaque de la politique où un membre de notre Parlement, fort de ses 1345 électeurs, a dévoilé le rapport d'autopsie (et des photos) de Julie et Melissa, profitant de son statut de député exclu du Parti Populaire, lequel se fend d'un communiqué de presse ce 19 avril.

Certes un débat à la Chambre peut être vif, les propos excessifs et peu amènes. Mais ici, pas de débat en cours.

La seule raison qui apparait à première vue est uniquement de faire du buzz autour du nom de quelqu'un qui semble se situer à la droite de la droite de l'échiquier politique (on se souviendra de ses commentaires racistes sur les roms) et qui semble manquer de la plus élémentaire maturité politique, citoyenne, humaine (des photos d'un corps d'enfant autopsié, mais on est où là, exactement ?).

Pour tout dire, je trouve, comme éditorialiste, à ce genre de comportement blet, un furieux gout de rance, une odeur d'étrons et de remugle qui chatouille désagréablement les narines, pique aux yeux et fracasse l'esprit.

La démocratie, dont se prévaut l'homme, ce n'est pas se comporter en immonde.

De l'air !

- page 2 de 46 -